Histoire du musée de la Haute-Auvergne

Publié le 24 Septembre 2016

La création du musée de la Haute-Auvergne

Ancien palais épiscopal proche de la cathédrale de Saint-Flour, celui-ci subira les événements et les tourments de l'histoire avant de se transformer en musée à la fin du siècle dernier.

De cet hôtel de l'évêque (ostel de l'evesque de Sainct-flour en 1355) peu de renseignements nous sont parvenus hormis quelques conflits opposant l'évêché aux consuls de la ville. Il faudra attendre la fin du XVème siècle pour en apprendre un peu plus. Suite aux travaux d'édification de la Cathédrale (l'ancienne église romane s'étant écroulée en 1396), l'évêque, inquiet pour sa sécurité, commande la construction d'un donjon résidentiel. Elevé entre 1451 et 1466, il possédait des mâchicoulis, créneaux et merlons qui ont aujourd'hui disparus. Pour les visiteurs chanceux (cette partie n'étant pas ouverte au public) les vastes cheminées dans les étages sont toutes ornées des armes des Léotoing-Mongon.

C'est Charles de Noailles, nommé évêque de Saint-Flour en 1609 qui apportera le faste par un projet ambitieux de construction du palais épiscopal, sur l'emplacement du château de Brezons et de la première résidence d'Odilon de Mercoeur (actuellement la mairie et le musée). Plus tard, dans la moitié du XVIIIème siècle, Paul de Ribeyre, autre évêque, pavera la cour intérieure de galets et fera construire l'immense porte d'entrée.

La révolution française transformera le palais épiscopal en tribunal criminel, tribunal de commerce et sous-préfecture.

Après le concordat de 1801, les bâtiments retrouvent leurs usages premiers. Vers 1850, Monseigneur Lyonnet fait réaliser un plafond peint dédié à l'Immaculée Conception dans la chapelle privée des évêques. La loi du 9 décembre 1905 sanctionne définitivement l'utilisation à titre gracieux du palais épiscopal. Le 15 décembre 1906, Monseigneur Paul Lecoeur se voit ordonner de quitter les lieux, mettant un terme à six siècles de résidence épiscopale.

La chapelle, la façade et les escaliers sont alors classés monuments historiques

Le musée de la Haute-Auvergne

C'est Vital Bert, maire de Saint-Flour qui sous l'impulsion d'Antoine Lauby, correspondant du ministère de l'instruction civique, qui décide de la création d'un musée dans l'ancien évêché (voir séance du conseil municipal du 2 octobre 1908).

Mais l'Histoire s'impose. L'arrivée de la première guerre mondiale et le décès d'Antoine Lauby stoppent le projet face à des décisions autrement plus importantes. Il faudra attendre 1967, sous l'instigation de Louis Thioleron, maire de Saint-Flour, pour que le projet aboutisse. Ce nouveau musée se composera des collections paléontologiques données par Antoine Lauby, des sculptures de Jean-Baptiste Champeil, enfant du pays et d'oeuvres de diverses provenances. Le musée de la Haute-Auvergne sera inauguré officiellement le 26 juin 1971 par Georges Pompidou, Président de la République.

Une politique d'acquisition sera activement menée et reprendra la thématique définie par Vital Bert, à savoir : l'histoire naturelle, l'archéologie, l'Histoire, l'éthnographie, le folklore et les arts régionaux.

A ce jour, le musée possède plusieurs milliers d'objets, il poursuit son œuvre de conservation et d'étude, d'enrichissement et de diffusion des collections. L'aide non-négligeable de la Société des amis de musée de la Haute-Auvergne (SAMHA) lui apporte un soutien et une dimension relationnelle et culturelle proche de la population.

Texte rédigé à partir du document : guides des collections du musée de la Haute-Auvergne – Saint-Flour 2008

photo de la facade Est du palais épicopal en complet abandon vers 1910 (collection archive municipale de Saint-Flour)

photo de la facade Est du palais épicopal en complet abandon vers 1910 (collection archive municipale de Saint-Flour)

Rédigé par Société des Amis du Musée de la Haute Auvergne

Publié dans #Musée

Repost 0
Commenter cet article