La conférence: "Le portrait miroir d'une époque"

Publié le 12 Avril 2017

Bonjour à toutes et à tous,

Si vous n'étiez pas au rendez-vous d'hier soir pour cette conférence, sachez que vous ne pouvez que le regretter, tant Nicole Tamburini a réussi par ses connaissances et sa prestance, nous transmettre sa joie de découvrir ou de redécouvrir des oeuvres essentielles dans l'histoire de l'art du portrait.

Nicole Tamburini diplômée de Science Po et de l'école du Louvre a été au cours de sa carrière plusieurs fois commissaire d'exposition. Elle termine actuellement, le catalogue raisonné d'un artiste peintre, peu connu, Achille Laugé.

Petit détail qui ne gâte rien, vous l'aurez remarqué, elle porte le fameux bijou "Saint-Esprit", typiquement auvergnat qui se transmet dans sa famille depuis plusieurs générations. Le musée de la Haute-Auvergne en possède plusieurs dans ses vitrines.

 


 

Partant du postulat que tout portrait doit être replacé dans son époque d'origine ainsi que son artiste, elle a déroulé, dans un ensemble iconographique, des portraits datant du moyen-âge jusqu'à notre époque.

Au départ, la peinture n'est que religieuse et bénéficie de généreux donateurs. L'artiste n'hésitera pas à insérer dans sa toile ce généreux donateur. Nous ne retiendrons qu'un des tableaux présenté, celui de Jean Van Eyck dans sa représentation de la vierge au Chancelier Rolin (le donateur, c'est l'homme en prière). Tout dans ce tableau n'est que précision et finesse, le visage en tension, les veines apparentes, le détail du vêtement...). Tableau peint vers 1435, musée du Louvre

Voir : http://musee.louvre.fr/oal/viergerolin/indexFR.html

 

 

 

Nous sautons les siècles pour arriver au XVIème avec le portrait d'Erasme par Hans Holbein (1523 - musée du Louvre)

Ce portrait plus académique, de profil, oblige le spectateur à suivre une ligne partant du front  jusqu'à l'écriture, en passant par le nez et le stylo, nous pointant ce qui est essentiel,  les écrits, Erasme étant le grand philosophe humaniste.

Voir : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/erasme

 

En 1594, un tableau anonyme d'influence italienne, montre Gabrielle d'Estrée et sa soeur dans une curieuse posture, drôlatique pour certains, d'un érotisme glacé pour d'autres, mais ne laissant personne indifférent.

Madame Tamburini nous a expliqué le sens politique de ce tableau. Gabrielle d'Estrée est la maîtresse d'Henri IV et lui a déjà donné des enfants, or celui-ci, ne peut en avoir avec sa femme. Comme il compte se séparer officiellement, Gabrielle d'Estrée, par ce tableau lui indique par le pincement du mamelon qu'elle peut fournir du lait (je suis une mère et peut à nouveau le devenir). Dans sa main droite, elle tient une bague (je suis en possibilité de devenir ton épouse). Le message est clair : ...épousez-moi!

Voir : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/portrait-presume-de-gabrielle-d-estrees-et-de-sa-soeur-la-duchesse-de-villars

 

 

Franchissons allégrement les siècles pour nous arrêter au portrait d'Adèle Bloch-Bauer de Gustave Klimt datant de 1907. Inspiré des mosaïques de la Basilique Saint-Vital à Ravenne, Klimt élabore une toile à la gloire de la beauté féminine. L'or en abondance permet au visage, d'une grande finesse, d'attirer et de fixer le regard, créant avec ce tableau une image universelle et intemporelle.

Ce portrait a subit les aléas de la dernière guerre et son histoire mérite une meilleure connaissance que nous vous invitons à découvrir.

Lire : https://ohlescoeurs.wordpress.com/2015/09/02/elle-sappellait-adele-bloch-bauer-la-joconde-de-lautriche-nazie-etait-juive/

 

 

 

 

 

 

Les quatre tableaux décrit ci-dessus ne représentent que l'infime partie de ce qui nous a été donné à voir et à entendre.

Madame Tamburini a su pendant deux heures nous fasciner par un sujet assez traditionnel. Nous la remercions pour ce moment de grande intensité. L'équipe chargée de la programmation a déjà pensé un prochain rendez-vous avec elle , peut-être pour nous parler de son travail sur Achille Laugé.

Chers amis de la SAMHA à très bientôt.

Rédigé par Société des Amis du Musée de la Haute Auvergne

Publié dans #Conférences

Repost 0
Commenter cet article

Margot 23/04/2017 21:20

Un grand merci d'avoir relayé mon article sur le tableau de Klimt