Publié le 17 Juillet 2017

Bonjour chers amis de la SAMHA,

Venez faire le "Voyage en contrebasse avec Alter Duo" samedi 22 juillet 2017 à 21h, en l'église Saint-Martin de Chalier, organisé par nos amis de l'association MUSIK'ART.

Les tarifs étant plus que compétitifs, pensez à prévenir votre famille, vos amis, vos voisins, les vacanciers proches de vous.

Petit rappel, les adhérents SAMHA bénéficient d'une réduction de 30% sur le billet du concert.

A bientôt

                                                                       

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Société des Amis du Musée de la Haute Auvergne

Repost 0

Publié le 27 Juin 2017

Chers amis du musée de la Haute-Auvergne,

Bonjours à tous,

Nos amis de Musik'Art nous invitent à venir écouter un concert pour les 700ans de la création du diocèse de Saint-Flour.

Avec l'accord passé entre nos deux associations, les membres de la SAMHA bénéficient d'une réduction, il ne vous en coûtera que 10€, avec votre carte d'adhérent à jour, bien-sûr!

Il est fortement conseillé de passer une réservation par téléphone (surtout pas à l'office de tourisme), vos tickets vous seront délivrés à l'entrée de la Cathédrale.

Ce concert exceptionnel nous invitera à écouter deux compositeurs de choix : Haendel et Mozart. Le génie, le faste et le grandiose dans un ensemble d'orchestre de 20 musiciens et choeurs.

Pensez à prévenir autour de vous des voisins, des amis, des parents .... Pour rappel, les jeunes de moins de 18 ans pourront écouter ce concert gratuitement comme le veut la politique de la musique pour tous développée par Musk'Art.

Un événement à ne pas rater pour célébrer avec hauteur cet anniversaire.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Société des Amis du Musée de la Haute Auvergne

Repost 0

Publié le 8 Juin 2017

Bonjour à tous,

Avec regret, nous sommes obligés d'annuler la sortie du MARQ. Toutes les personnes ayant réservé ont été prévenues en priorité. Nous en sommes désolés, mais ce n'est que partie remise.

L'équipe en place prépare activement la nouvelle saison et nous ne manquerons pas de vous en aviser.

A très bientôt

Voir les commentaires

Rédigé par Société des Amis du Musée de la Haute Auvergne

Repost 0

Publié le 12 Mai 2017

Bonjour à tous et à toutes,

La SAMHA organise une visite au musée Quillot pour voir une exposition unique et temporaire. Pensez-à vous inscrire rapidement. Vous avez reçu, par les moyens de communications habituels, les documents d'inscriptions.

A très bientôt

 

 

Musée d’Art Roger Quilliot -

Visite guidée de l’exposition « De David à Courbet » le 10 juin 2017

 

 

10h30/11h50 :

 

Le musée d'art Roger-Quilliot accueille "De David à Courbet - Chefs d’œuvre du musée des Beaux-arts et d'archéologie de Besançon". Une exposition qui reflète la richesse et la diversité de la peinture des années 1790 aux années 1850, du néoclassicisme au réalisme en passant par le romantisme.

Avec des oeuvres d'artistes majeurs comme Jacques-Louis David, Jean-Auguste-Dominique Ingres, Théodore Géricault, Théodore Chassériau ou Gustave Courbet, cette exposition invite le visiteur à découvrir les grands mouvements artistiques qui régentaient la peinture en France depuis le XVIIe siècle.

Le public découvrira aussi des œuvres majeures de lAnglais Thomas Lawrence et de lEspagnol Francisco de Goya, pour la première fois à Clermont-Ferrand avec deux peintures : Les Cannibales et Cannibales dépeçant leurs victimes. Rappelons que Goya, considéré comme lun des plus grands artistes du siècle, trouve une place dhonneur dans les plus grands musées du monde entier, et quelques rares musées français, dont le musée de Besançon. Ses oeuvres ont fortement influencé les peintres en France et dans toute lEurope au XIXe siècle.

Le parcours de visite de lexposition fera cheminer le visiteur dans la hiérarchie des genres avec un prologue autour de Goya puis quatre sections, reposant sur les genres picturaux :

- La peinture dhistoire, entre néoclassicisme et romantisme

- L’éclat du portrait

  • Le goût pour le pittoresque

  • Paysages

 

 

Visite guidée « Histoire de l’édifice »

 

 

11h50/12h30

 

Au centre du quartier historique de Montferrand, lancien couvent des Ursulines datant des XVII° et XVIII° siècles, a été totalement rénové et restructuré en son sein par les architectes Adrien Fainsilber et Claude Gaillard en 1990.

 

Le musée d’art Roger-Quilliot, musée des beaux-arts de la Ville de Clermont-Ferrand, bénéficie du label « Musée de France » et se positionne comme lun des grands établissements culturels en région Auvergne. Venir le visiter est aussi une opportunité de découvrir le quartier de Montferrand, lun des deux cœurs historiques de la capitale régionale dAuvergne.

 

 

12h30/14h : Déjeuner (tiré du sac) et transport en tram jusqu’au FRAC

 

 

 

Visite guidée au FRAC  Fonds Régional d’Art Contemporain

Auvergne « The Becket Pictures »

 

 

 

14h/15h:  Exposition consacrée à Gregory Crewdson.

 

 

16h : Retour à Saint-Flour à la discrétion de chacun

 

Plus de renseignements sur le site de la ville de Clermont-Ferrand :

http://www.clermont-ferrand.fr/-Culture-.html

Voir les commentaires

Rédigé par Société des Amis du Musée de la Haute Auvergne

Repost 0

Publié le 29 Avril 2017

Bonjour à tous les amis du Musée,

Voici le résumé très bref de cette conférence:

C’est par une visite guidée dans l’église Saint-Vincent que Mme Emera Segarra, historienne de l’Art, a débuté cette rencontre, en nous commentant les peintures murales des chapelles de l’église.

 

 

Après cette visite, nous avons réintégré la salle de conférence des Jacobins, pour entendre parler d’un motif précis de la fresque où Marie apparaît en Vierge Immaculée Conception. En deux questions préliminaires, sujet de son mémoire de recherche, la conférence a débuté.

 

Cette iconographie peut-elle porter et porte-t-elle une connotation immaculiste dans le contexte sanflorain du couvent dominicain ?

 

Quel sens peut avoir un motif traditionnel infâme (un vêtement n’entrant pas dans les critères codifiés de l’époque) lorsqu’il est porté par la Vierge Marie ?

 

 

La conception immaculiste dont la Vierge Marie est souvent parée (Vierge Marie, Immaculée Conception) est une notion qui date du XIIIe siècle et qui a fait beaucoup débat. Elle se caractérise par une réflexion théologique qui propose l’idée d’une rédemption préventive et insiste sur le fait que Marie à été rachetée du péché originel par le Christ lui-même.

 

Il faudra attendre le XIXe siècle, dans la Bulle ineffabilis où sera proclamée la doctrine de la Vierge immaculée, préservée et exempte du péché originel par la grâce de Dieu Tout-Puissant.

 

Cette notion a été défendue ardemment par les moines Franciscains. Les fresques peintes datant du XVe siècle, on peut penser que les moines Dominicains qui étaient possesseurs des lieux avaient assimilés cette notion de Vierge Immaculée (qu’ils ont combattu et nié les siècles précédents) ou qu’ils ont laissé le généreux donateur inscrire sur les murs sa dévotion à la Vierge. Le nom du duc de Berry, est souvent avancé, mais les historiens restent prudents quant à cette attribution possible.

 

La deuxième question portera sur l’habit de la Vierge dont on peut résumer en quelques mots que sa robe à rayures est unique dans ce qui est connue des fresques la représentant.

 

Mme Segarra nous a certifié que la ville de Saint-Flour possédait un trésor.

 

 

 


Ces quelques mots sont bien loin de ce que nous avons entendu et pour les personnes souhaitant approfondir le sujet, ils pourront toujours consulter le mémoire de recherche de Mme Segarra qui sera prochainement déposé aux archives municipales de Saint-Flour. Nous remercions Mme Segarra pour ce moment d'érudition et de découverte.

 

A bientôt, chers amis de la SAMHA

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Société des Amis du Musée de la Haute Auvergne

Publié dans #Conférences

Repost 0

Publié le 23 Avril 2017

Chers amis de la SAMHA,

Venez nombreux à cette conférence qui vous fera découvrir la richesse de notre patrimoine local. Comme à l'habitude, pensez à prévenir vos amis et vos voisins.

MmeEmera Segarra est historienne de l’art, diplômée d'un master de philosophie et d'un master d'histoire de l'art de l’université Grenoble-Alpes.

JEUDI 27 AVRIL 2017 à 19h

Salle des Jacobins - Rue de Belloy

 

L'édifice conventuel de Saint-Flour offre à voir de riches peintures murales et à fresques de la fin de la "période gothique" (XVe siècle), reflétant l'état d'une cité florissante.

Aux prises avec des conflits théologiques (notamment dans la controverse de l'Immaculée Conception), mais aussi avec un contexte politique, culturel, et cultuel mouvementé, ces peintures développent une pensée et des formes originales sur lesquelles nous souhaitons poser un regard renouvelé et inquiet de leur singularité.

Cette conférence est proposée par le PHA (Pays d'Art et d'Histoire), le MHA (Musée de la Haute-Auvergne), la SAMHA (Société des Amis du Musée de la Haute-Auvergne) et le GAHA (Groupe Artistique de la Haute-Auvergne).

Cette conférence est gratuite

 

Voir les commentaires

Rédigé par Société des Amis du Musée de la Haute Auvergne

Repost 0

Publié le 19 Avril 2017

Comme vous le savez, le conseil d'administration de la SAMHA a été renouvelé dernièrement. Mireille Vicard, présidente depuis une dizaine d'années, n'avait pas souhaité le renouvellement de son mandat.

A l'occasion de la conférence sur le portrait, nous avons mis à l'honneur Mireille Vicard en la remerciant du travail effectué.

Notre présidente, Catherine Ballu Santenoise, a fait un discours à cette occasion, dont voici le principal moment :

... « ce que nous voudrions te dire, ce soir Mireille, tient en trois mots : merci, merci, merci. Merci d’avoir pris la présidence de la SAMHA quand elle menaçait de s’éteindre ; merci d’en avoir fait ce qu’elle est aujourd’hui : une association vivante et dynamique, capable de soutenir son musée et promouvoir la culture, la qualité de la conférence de ce soir en est un bel exemple : merci de rester à nos côtés afin de nous aider à maintenir le cap.

Ce soir, à travers la SAMHA, c’est chaque adhérente et chaque adhérent qui à le plaisir de t’offrir ce livre et ces quelques fleurs. Merci Mireille ... »

C'est avec beaucoup d'émotion que nous avons fêté ce départ par un verre de l'amitié.

Le discours de la présidente Catherine Ballu Santenoise et la remise des fleurs

Le discours de la présidente Catherine Ballu Santenoise et la remise des fleurs

La remise d'un cadeau à notre ancienne présidente Mireille Vicard

La remise d'un cadeau à notre ancienne présidente Mireille Vicard

De l'émotion pour tous...

De l'émotion pour tous...

Toujours beaucoup d'émotion...

Toujours beaucoup d'émotion...

Voir les commentaires

Rédigé par Société des Amis du Musée de la Haute Auvergne

Repost 0

Publié le 12 Avril 2017

Bonjour à toutes et à tous,

Si vous n'étiez pas au rendez-vous d'hier soir pour cette conférence, sachez que vous ne pouvez que le regretter, tant Nicole Tamburini a réussi par ses connaissances et sa prestance, nous transmettre sa joie de découvrir ou de redécouvrir des oeuvres essentielles dans l'histoire de l'art du portrait.

Nicole Tamburini diplômée de Science Po et de l'école du Louvre a été au cours de sa carrière plusieurs fois commissaire d'exposition. Elle termine actuellement, le catalogue raisonné d'un artiste peintre, peu connu, Achille Laugé.

Petit détail qui ne gâte rien, vous l'aurez remarqué, elle porte le fameux bijou "Saint-Esprit", typiquement auvergnat qui se transmet dans sa famille depuis plusieurs générations. Le musée de la Haute-Auvergne en possède plusieurs dans ses vitrines.

 


 

Partant du postulat que tout portrait doit être replacé dans son époque d'origine ainsi que son artiste, elle a déroulé, dans un ensemble iconographique, des portraits datant du moyen-âge jusqu'à notre époque.

Au départ, la peinture n'est que religieuse et bénéficie de généreux donateurs. L'artiste n'hésitera pas à insérer dans sa toile ce généreux donateur. Nous ne retiendrons qu'un des tableaux présenté, celui de Jean Van Eyck dans sa représentation de la vierge au Chancelier Rolin (le donateur, c'est l'homme en prière). Tout dans ce tableau n'est que précision et finesse, le visage en tension, les veines apparentes, le détail du vêtement...). Tableau peint vers 1435, musée du Louvre

Voir : http://musee.louvre.fr/oal/viergerolin/indexFR.html

 

 

 

Nous sautons les siècles pour arriver au XVIème avec le portrait d'Erasme par Hans Holbein (1523 - musée du Louvre)

Ce portrait plus académique, de profil, oblige le spectateur à suivre une ligne partant du front  jusqu'à l'écriture, en passant par le nez et le stylo, nous pointant ce qui est essentiel,  les écrits, Erasme étant le grand philosophe humaniste.

Voir : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/erasme

 

En 1594, un tableau anonyme d'influence italienne, montre Gabrielle d'Estrée et sa soeur dans une curieuse posture, drôlatique pour certains, d'un érotisme glacé pour d'autres, mais ne laissant personne indifférent.

Madame Tamburini nous a expliqué le sens politique de ce tableau. Gabrielle d'Estrée est la maîtresse d'Henri IV et lui a déjà donné des enfants, or celui-ci, ne peut en avoir avec sa femme. Comme il compte se séparer officiellement, Gabrielle d'Estrée, par ce tableau lui indique par le pincement du mamelon qu'elle peut fournir du lait (je suis une mère et peut à nouveau le devenir). Dans sa main droite, elle tient une bague (je suis en possibilité de devenir ton épouse). Le message est clair : ...épousez-moi!

Voir : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/portrait-presume-de-gabrielle-d-estrees-et-de-sa-soeur-la-duchesse-de-villars

 

 

Franchissons allégrement les siècles pour nous arrêter au portrait d'Adèle Bloch-Bauer de Gustave Klimt datant de 1907. Inspiré des mosaïques de la Basilique Saint-Vital à Ravenne, Klimt élabore une toile à la gloire de la beauté féminine. L'or en abondance permet au visage, d'une grande finesse, d'attirer et de fixer le regard, créant avec ce tableau une image universelle et intemporelle.

Ce portrait a subit les aléas de la dernière guerre et son histoire mérite une meilleure connaissance que nous vous invitons à découvrir.

Lire : https://ohlescoeurs.wordpress.com/2015/09/02/elle-sappellait-adele-bloch-bauer-la-joconde-de-lautriche-nazie-etait-juive/

 

 

 

 

 

 

Les quatre tableaux décrit ci-dessus ne représentent que l'infime partie de ce qui nous a été donné à voir et à entendre.

Madame Tamburini a su pendant deux heures nous fasciner par un sujet assez traditionnel. Nous la remercions pour ce moment de grande intensité. L'équipe chargée de la programmation a déjà pensé un prochain rendez-vous avec elle , peut-être pour nous parler de son travail sur Achille Laugé.

Chers amis de la SAMHA à très bientôt.

Voir les commentaires

Rédigé par Société des Amis du Musée de la Haute Auvergne

Publié dans #Conférences

Repost 0

Publié le 7 Avril 2017

Bonjour à tous les Amis des Arts et de la Culture,

Vous êtes tous, adhérent de la Société des Amis du Musée de la Haute-Auvergne, invités à l'inauguration de la grande exposition du musée, "HISTOIRES de FIL(S) " qui se déroulera du 13 avril au 5 novembre 2017.

L'inauguration de cette exposition se fera en présence de M. le maire, Pierre Jarlier et de l'adjointe chargée de la culture et du patrimoine, Mireille Vicard,

le jeudi 13 avril 2017

à 18h00

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Société des Amis du Musée de la Haute Auvergne

Publié dans #Musée

Repost 0

Publié le 4 Avril 2017

 

 

 Le portrait : miroir d’une époque

 

 

 

Conférence de Nicole Tamburini

 

St-Four, le mardi 11 avril 2017 à 19h

 

salle des Jacobins

 

 

 

 

Si l’évocation de la figure humaine remonte aux temps les plus reculés, les premières représentations peintes d’une personne ayant existé apparaissent d’abord dans l’art religieux, grâce aux figures des donateurs. C’est au XIV° siècle que le portrait commence à devenir un genre indépendant.

 

Diffuser l’effigie du souverain dans un souci de propagande, célébrer les hauts faits d’un être exceptionnel, affirmer un statut social, témoigner de l’histoire du goût, évoquer la mémoire d’un être cher, absent ou disparu : toutes ces raisons expliquent que le portrait, loin de se limiter à une stricte représentation réaliste des traits du modèle, tende souvent à l’idéaliser ou à en faire le vecteur d’un langage allégorique chargé de symboles.

 

A partir de la seconde moitié du XIX° siècle, la révolution picturale née de l’impressionnisme permet à l’artiste de se détacher de la représentation de la réalité pour interpréter librement son sujet. Le portrait, comme le paysage ou la nature morte, devient alors l’instrument d’une expression artistique indépendante et personnelle.

 

Comme d'habitude, venez nombreux, invitez vos voisins et amis.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Société des Amis du Musée de la Haute Auvergne

Publié dans #Conférences

Repost 0